From N°55





par Sebastien Mannutza à la batterie, Renato Tusa
à la basse et Mario Chianello aux claviers. Toutes
les périodes sont représentées ; de Trespass à
Duke. Seule fausse note : avoir inclus dans la
liste les morceaux No son of mine et Abacab
qui font tâche au milieu de perles inoubliables
(Aferglow, Firth of fifth, The Knife pour n’en
citer que trois). Le public ne se prive pas de
faire remarquer à Michele son désaccord face à
No son of mine et Abacab et réclame à grands
cris The Carpet Crawlers… nos amis transalpins
ont toujours eu l’oreille fine et délicate. Bien sûr,
les morceaux sont joués dans le respect total des
originaux et il y a peu d’inventivité au niveau des
changements d’atmosphère ou de tempos. Mais un
constat reste à faire : si vous parlez de Genesis
à qui que ce soit, une très large majorité des
personnes interrogées (hors des cercles prog bien
sûr) ne connaît que la période des années 80 et
90 avec des tubes au kilomètres, des matraquages
radios à n’en plus finir qui ont fait leur preuve et
des Mama dub remix à vous donner la nausée. La
plupart des jeunes de 15 à 20 ans ont-ils écouté
un seul morceau de la période Gabriel ? Alors, si
une formation aussi solide que Domino permet
simplement de faire découvrir cette musique à
des personnes ne l’ayant jamais entendu, elle est
déjà d’utilité publique. Et puis je n’ai jamais compris
ce racisme ambiant concernant les reprises.
Cela a toujours existé et existera toujours : si une
musique de qualité traverse les âges et les générations,
c’est un bien pour tout le monde face aux
star ac, pop stars et autres facilités mercantilistes
nauséabondes de même acabit qui existent aussi
en Italie sous d’autres appellations.
Domino est un bon groupe de reprise qui croit
en ce qu’il fait et vit passionnément la musique
qu’il présente. Rien que pour cela, il mérite le
respect.
Raymond Sérini


DOMINO
ONE SIDE LIVE
No Tapes Record
www.domino-plus.com

Domino est un groupe atypique de reprises
de Genesis que nous pourrions qualifier d’anti-
Musical Box. En effet, cette formation a choisi
une option à l’opposé de ce que fait le combo
canadien. Aucun masque, aucun costume, aucun
jeu de scène spectaculaire n’est présent durant
les deux heures de durée de ce DVD. Ici, le
constat est simple : place à la musique et seulement
à la musique période prog 1970-1979
du grand Genesis. Alors, j’entends encore les
râleurs de tous poils : encore un groupe de
reprises. Oui, mais ici il y a une particularité :
le groupe s’enorgueillit d’être le seul composé
de quatre musiciens sur toute la planète. Bon,
info à vérifier auprès des listes de membres des
autres groupes de reprises de Genesis !!! Il est
plus que bizarre de voir évoluer un guitaristechanteur
(Michele Vanni) sans maquillage ni
mise en scène théâtrale présentant la musique
de Genesis. Nous sommes ici sur une nouvelle
planète inconnue.
Quoi qu’il en soit, il faut bien reconnaître que
ce show, filmé à Trieste, le 15 septembre 2004,
est une réussite. Les musiciens sont concentrés
sur leur sujet et très pros, Michele étant épaulé

HARMONIE Magazine n° 55 ------------------------------------------------ 24 ----------------------------------------------------------------------